C'est presque un sacrilège de dévoiler cette adresse car on n'aimerait pas y voir défiler trop de monde, pour préserver le calme et le charme désuet des lieux. Mais, il s'agit tout de même d'un musée de la Ville de Paris, alors je ne serai pas la première à en faire la publicité.

A quelques foulées de la trépidante place de Clichy, au creux du 9ème arrondissement, non loin de quelques théâtres célèbres, se niche, rue Chaptal, le musée de la Vie Romantique. Au fond d'un impasse verdoyante on découvre l'ancienne demeure d'un peintre du début du XIXème siècle, charmante maison aux volets verts. Une fois dans la cour, on oublie Paris, ses embouteillages, son métro, etc... c'est la campagne. Je me suis laissé dire que c'est la conservatrice du musée qui entretient elle-même le jardin : glycines, clématites, roses et hortensias, tout les plantes et fleurs sont là pour renforcer le climat romantique. A l'intérieur de la maison, une série de tableaux et objets autour de Georges Sand; mais c'est surtout l'atmosphère XIXème très subtilement recréée par le décorateur Jacques Garcia qui contribue à l'harmonie de l'ensemble. Papier peint fleuri dans un petit salon, tenture à fines rayures dans un autre, ou encore peinture de rideaux en trompe l'oeil : une attention fine aux détails qui se retrouve jusque que dans le salon de thé du musée dont les plateaux, le décor et les bonbons acidulés qui y sont en vente nous transportent pour le temps d'un repas léger ou d'un thé à une autre époque.